Hameau de Kingscroft

Kingscroft, au nord de la route 141, porte le nom de son fondateur Ira King. Dans les années 40, Kingscroft était le centre florissant de la communauté francophone établie dans la partie ouest du canton de Barnston. La preuve en est l’érection en 1950 par M. Omer Veilleux de la seule croix de chemin située sur sa propriété, près de Kingscroft, au coin de la route 141 allant de Burroughs’ Falls à Coaticook.

L’origine du nom Kingscroft

Le nom de ce hameau de la municipalité de Barnston-Ouest rappelle la mémoire d’un des pionniers de l’endroit, Ira King. Celui-ci y ouvrit, vers 1810, une auberge d’où le nom de King’s Corner ou King’s Tavern. Ces appellations ont été en usage pendant un certain temps.

On y ajouta, plus tard, Croft mot anglais qui désigne un petit clos ou un pré attenant à une maison. Kingscroft devint, en 1883, le nom du bureau de poste. Ce dernier fut fermé en 1969. En 1904 s’ouvrait une desserte religieuse connue surtout sous le nom de Saint-Wilfrid-de-Kingscroft, ou tout simplement Saint-Wilfrid. L’abbé Wilfrid Lussier, ancien curé de Saint-Édouard de Coaticook (1877-1887), desservit cette mission pendant plusieurs années.

La fin du 19e siècle fut le témoin de l’expansion de la communauté francophone de Kingscroft. Au début du 20e siècle, le hameau disposait d’un éventail complet de service dont l’école construite en 1928. L’église, quant à elle, avec son grand sous-sol, était le centre des activités de la communauté. On s’y rassemblait pour « les vues », pour applaudir des spectacles de théâtre amateur, ou pour écouter des artistes de passage.

Malgré la poussée démographique et le dynamisme que connut Kingscroft dans les années 40, un certain déclin s’est toutefois fait sentir dû au déplacement des activités vers les agglomérations plus importantes (la coopérative agricole et le magasinage vers Ayer’s Cliff, Coaticook et Sherbrooke).

À cet égard, Kingscroft, tout comme Way’s Mills, fut « coincé » entre les régions de plus en plus étendues que servaient les centres d’activités plus importantes. Le hameau en souffrit grandement pendant les vingt années qui suivirent. Le magasin général ferma ses portes en 1967, l’école en 1968, et en 1974 les autorités diocésaines décident de cesser de desservir la paroisse et de fermer l’église. Cette fermeture fut fortement contestée par les paroissiens qui réussirent à sauver l’église. Malgré les efforts constants de la communauté, l’église fermera définitivement ses portes en janvier 2019.

Cécile Dessaint Veilleux (1904-2001)

Comme de nombreuses femmes de son époque, notre infatigable pionnière qui vécut jusqu'à 96 ans avait, semble-t’il, l'habitude de dire que le travail ne fait pas mourir !

Un héritage légué à sa famille car, en plus de ses 11 enfants, sa descendance compte aujourd'hui 36 petits-enfants, 79 arrière-petits-enfants et 26 arrière-arrière-petits-enfants.

Madame Veilleux eut cependant un parcours de vie un peu particulier. Née d'une mère suédoise arrivée à 18 ans à Ayer's Cliff et d'un père issu d'une famille beauceronne, ce n'est qu'à l'école primaire qu'elle fera l'apprentissage du français. Contrairement aux enfants de son époque, elle est baptisée au début de son adolescence et assite deux ans plus tard, avec ses sœurs, au mariage de ses parents selon le rite catholique.

Pour en apprendre plus sur l’histoire de Madame Dessaint Veilleux, nous vous invitons à vous arrêter au personnage de Cécile Dessaint Veilleux sur la route de la Voie des pionniers.